Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Une vie de Bridget
10 octobre 2020

Aimer après 40 ans ?

Je commence sérieusement à me demander s'il est possible d'aimer, et surtout de construire qch, après 40 ans.

J'ai comme l'impression d'avoir manqué le train, il y a longtemps déjà. A nos âges, nous rencontrons des gens qui ont des histoires, des bagages, qui sont souvent des boulets qui empêchent de se projeter, d'avancer, de tomber amoureux, de s'investir.

Combien d'hommes instables, incapables de s'engager, qui n'ont pas envie d'être amoureux et ne souhaitent que des histoires d'un soir? 

On ne rencontre quasiment que ce genre de personnes : des personnes qui veulent zapper, parce que c'est moins douloureux, des personnes qui n'ont pas de temps et de disponibilité, parce que leur vie est déjà bien organisée et qu'ils s'y sentent bien et ne veulent pas prendre le risque de chambouler quoique ce soit, ou encore des personnes qui ne croient plus en l'amour, ou qui, même s'ils ont envie de tomber amoureux, en sont bien incapables.

Sur les sites, c'est une majorité de zappeurs/ghosteurs qui traîne... et des autres catégories aussi. Mais ils sont aussi le reflet de la vie, à la différence que les quelques perles qui traînent sur le marché du célibat ne semble pas souvent traîner sur les sites car ils/elles se protègent de ça, refusent d'être traités comme de la viande, ne sont pas des consommateurs et ne se retrouvent pas dans ce système.

Mais comment les trouver, ces perles-là? Qu'on ne me parle pas de sortir pour faire des rencontres. Y'a que dans les films américains que ton caddie va heurter celui de l'homme de ta vie, ou qu'un charmant gentleman va t'aborder avec une fleur au restaurant............ 

Si tu ne rencontres personne au travail ou par le biais des amis, c'est foutu.

Bon............rencontrer quelqu'un, rencontrer l'amour, ne doit pas être une fin en soi. Et ce n'est pas une fin en soi, quand on est heureux dans sa vie.

Ma réflexion est plutôt de l'ordre du "comment c'est possible, si cela doit arriver?" ou encore "est ce qu'il est possible, de nos jours, de tomber amoureux à la quarantaine?"

J'ai l'impression que c'est vraiment un parcours du combattant et qch de tres compliqué.

Je ne cherche même pas à tomber amoureuse. Ni à me caser, faire des gosses etc... Fini, tout ça ! Je cherche juste un compagnon, pour partager de bons moments, voyager, balader, faire l'amour, rigoler... Un compagnon fiable, agréable, équilibré, qui aime la vie et souhaite vivre pleinement.

Et même ça, c'est complexe.

Ils veulent toujours aller trop vite : soit pour nous consommer, soit pour nous posséder. Ils ne sont jamais dans le feeling, le vécu, le partage avec l'acceptation du temps qu'il faut pour construire, et des émotions qui vont avec. 

J'aimerais juste pouvoir entamer qch de "normal", de sain, de sympathique, et laisser faire la vie... voir si l'on tombe amoureux, ou pas. Mais vivre qch, quoi. Qch d'autre que "on boit un verre le 1er soir, on couche le 2e soir, on disparaît le soir suivant". J'ai bien tenté de coucher plus tard.......... ça ne tient pas à ça. Comme si c'était inexorable, au fond. Comme si c'était ainsi, à nos âges et époques, que les choses devaient se passer.

Consommer, zapper. Consommer, zapper. Consommer, zapper. Même à 40 ans, surtout à 40 ans.

Effarant.

image

Publicité
Publicité
Commentaires
Une vie de Bridget
  • Bridget, ce n'est pas mon prénom... Une Bridget, c'est une Pôôôvre trente/quarantenaire célibataire sans enfant... En galère avec les hommes (...). Panorama de mes expériences, réflexions, et de mes plus honteuses bêtises...--> c'est par ici !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Abonnez vous à ma newsletter !
Newsletter
15 abonnés
Vous cherchez quelque chose de particulier?
Suivez-moi sur Facebook !
Archives
Visiteurs
Depuis la création 295 904
Publicité