Longtemps j'ai cru que mon destin était différent

Que ma mission, le sens de mon existence étaient ailleurs

Longtemps j'ai oublié que j'étais une femme

Vivant ma vie pour toutes les autres satisfactions, ou occupations, qu'elle nous apporte

Vivant ma vie pour fuir toutes les déceptions, les souffrances, qu'ils nous apportent

Vivant pour la passion, avant tout, mais pas celle du coeur.

 

Un jour, je me suis réveillée... fatiguée.

Fatiguée de fuir la réalité, de fuir ma vie de femme.

J'ai décidé que j'avais droit moi aussi à cette vie de femme,

A connaître l'amour, à le donner, le rendre.

J'ai vu la date sur le calendrier, le temps a passé.

Je ne l'ai pas vu passer, trop obsédée par ma fuite.

 

Ce jour, j'ai décidé de tenter de vivre ma vie de femme,

De trouver, comme tout le monde, quelqu'un avec qui partager.

De construire, D'avancer autrement qu'égoistement. D'avancer à deux, et pourquoi pas plus !

 

Ce jour, j'ai cru que j'avais droit à la vie de toutes les femmes.

Le droit de trouver, comme tout le monde, quelqu'un avec qui partager.

Quelques années après, j'en suis au même point. Je réalise que j'ai sacrifié ma passion, au nom d'une vie que mon destin me refuse.

Mon destin n'est pas là non plus.

Mon destin n'est pas dans la réalisation de ma personne amoureusement parlant, ou familialement parlant.

Mon destin doit être ailleurs, et je ne lui ai pas encore donné de sens, finalement.

Je n'ai pas trouvé ma voie, ma route... je suis juste sur un petit chemin caillouteux qui me fait bien mal aux pieds.

Mais de toute évidence, ce chemin-là est lui aussi bien trop douloureux.

 

Je songe à revenir en arrière et oublier ces aspirations de bonheur partagé, parce que de toute évidence, je n'y ai pas droit.

De toute évidence, ce n'est pas là que je me réaliserai.

Pas ici, pas ainsi.

Alors je vais reprendre la route, et continuer de chercher un autre sens. Autrement.

 

Espérant trouver le bon chemin, mon chemin, un jour.

 

 

chemin